French
Portuguese

UNE FORMATION RÉUSSIE DES FORMATEURS, DODOMA, TANZANIE

Ci-dessus: groupe AHAPPY à Dodoma comprenant des apprenants et des formateurs

Les formateurs d’AJAN, Pascalia Sergon, Anne Kwamboka et Milkah Waithera, viennent de rentrer à Nairobi de Dodoma Tanzanie, ravis d'avoir donné la formation AHAPPY à la paroisse de Kiwanja Cha Ndege, Dodoma. Il s'agissait d'un deuxième voyage sur les lieux. Le premier  avait eu lieu en juin 2018, mais les formateurs étaient partis sans avoir terminé l'exercice en raison du temps limité.

En haut à droite: Joseph Baraka, Anne Kwamboka (AJAN) et Maria Francis Sikonyo et à l'extrême droite: Miriam Robert John 

Les jeunes, désireux d'apprendre et ayant attendu la deuxième partie de cette formation pendant près d'un an, ont abordé les sessions de formation avec enthousiasme et beaucoup d'attente. Le manuel de formation comporte cinq modules et, lors du premier voyage, trois seulement avaient été traités. La dernière formation s'est déroulée sur trois jours, du 4 au 6 avril 2019, guidée par le manuel de formation du programme AHAPPY, dans lequel les modules restés inachevés, à savoir : " Me connaître pour me développer " et " La Fondation sur laquelle je me construis " ont été abordés.

Les deux modules sont conçus et centrés sur l'aide au développement des aptitudes à la vie quotidienne en améliorant la connaissance et l'appréciation de soi des jeunes, la prise de décision et le développement de leurs capacités relationnelles. À Dodoma, c'était la force motrice ; permettre aux jeunes d'identifier leurs aptitudes et leur passion et les amener à se construire une confiance en soi.

"C'est essentiel car cela leur permet de se rendre compte qu'ils peuvent identifier et développer des solutions aux énigmes sociales et économiques dans lesquelles ils se trouvent ", dit Pascalia. Comme c'est le cas dans la vie, il y a des valeurs et des principes qui ancrent un être humain. Par conséquent, la formation AHAPPY est conçue pour aider les jeunes à orienter leur comportement avec le poids et le pouvoir de la compréhension, en restant fermes dans leur croyance en ce qui est juste. Cela permet de garantir l'avenir avec prudence et l'élimination des comportements à risque.

22 jeunes tanzaniens dont  12 jeunes hommes et 10 jeunes femmes âgés de 19 à 24 ans ont été encouragés à adopter un comportement responsable et profond, conscients qu'une Afrique sans VIH ne peut que prendre le désir d'apprendre, de grandir et de se développer sur les plans social, économique et spirituel. Cela est possible s'ils deviennent proactifs et prêts à assumer la responsabilité de leurs décisions et engagements individuels et collectifs au jour le jour.

Pour couronner le processus, comme pour toutes les formations de AHAPPY, la remise d’attestations aux participants à l’issue d’une formation satisfaisante et réussie a été faite ; dix-neuf participants sont gracieusement rentrés chez eux avec des attestations qu’ils gardent comme une marque d’une aube importante dans leur vie.

L'hôte, le Vicaire, le Père Patrick Ng’ang’a, a été heureux et satisfait de l'exercice. Le curé de la paroisse Eric Wanyonyi, est parti pour son troisième an. "J'espère que ces sessions ont permis aux jeunes d'être plus conscients de leurs talents et d'améliorer leur compréhension des questions liées au VIH et au SIDA. J'espère qu'ils deviendront des membres plus autonomes et plus responsables de notre société," a dit le Père Patrick, ajoutant "Je crois qu'ils deviendront des agents plus efficaces de changement positif, plus passionnés d'être productifs et je remercie AJAN de faciliter ce processus ".

À gauche: le p. Patrick Ngángá, l'hôte, discute avec les apprenants

Du point de vue des participants, il s'agissait d'une formation très nécessaire et utile. Joseph Baraka dit : "Nous avons appris à bien vivre notre vie et à surmonter certains des défis posés par l'épidémie du VIH et du SIDA. Je suis prêt à aider d'autres jeunes en difficulté afin d'accepter et de surmonter la réalité de l'infection et la façon de la prévenir. Après les trois premiers cours qui nous ont été présentés en juin 2018, j'ai pu aider des jeunes de la paroisse Inyasi Wa Loyola à surmonter certains défis liés au VIH et au SIDA. J'en suis reconnaissant".

Pour Maria Francis Sikonyo, qui souhaite créer un organisme de santé communautaire à l'avenir, cette formation a été pour elle une grande source de motivation. "Après la première formation en juin 2018, j'ai réussi à aider des élèves du secondaire de Lokundo à acquérir des compétences sur la façon de surmonter certaines questions épineuses concernant le VIH et le SIDA.  Ils étaient des élèves de la classe de 3ème en Terminale. Je les ai encouragés à éviter les groupes d’amis qui ne servent à rien.

L'équipe d’AJAN va maintenant évaluer cet exercice à Dodoma alors qu'elle prépare le suivant.

 

En haut à gauche: Milkah Waithera, formatrice, fait participer les étudiants à une session. À droite: Pascalia Sergon (formatrice et responsable du développement AJAN) donne une présentation lors de la formation.