French
Portuguese

Imitant vraiment le Christ en mourant et en s'élevant à une vie nouvelle et plus pleine

Fr. Terry Charlton SJ., Cofondateur et aumônier de l'école secondaire St. Aloysius Gonzaga.

J'aime le dimanche des Rameaux; la liturgie célèbre la dernière semaine de la vie de Jésus. Nous commençons par une procession célébrant l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem quand il fut reconnu comme le Messie moins d’une semaine avant sa mort. Quelques minutes plus tard, le récit de la Passion et de la Mort de Jésus est lu dans l'un des évangiles synoptiques, tiré cette année de l'Évangile de saint Luc. Le dimanche des Rameaux nous plonge dans le mystère pascal, le mystère central de notre foi chrétienne. La vie émerge de la mort sous ses nombreuses formes, notamment la lutte, la souffrance et l'obscurité. À l'imitation de Jésus, qui a même accepté la mort sur une croix avec le résultat que Dieu l'a élevé haut (Phil.2: 8-9), nous luttons pour accepter la mort sous ses nombreuses formes afin de pouvoir vivre pleinement.

Je suis béni depuis 2004 de ma participation à l'école secondaire St. Louis Gonzaga à Nairobi, une école parrainée par la Communauté de la Vie Chrétienne (CVX) Kenya. La CVX est un mouvement international de laïcs catholiques étroitement associé aux jésuites. St. Louis de Gonzague a été créée pour dispenser un enseignement gratuit aux brillants étudiants du bidonville de Kibera, touchés par le Sida et vivant dans une situation de pauvreté qui les empêchait d'accéder à l'éducation. Nos étudiants vivent profondément le mystère pascal et servent d'inspiration. Laissez-moi vous parler de Julie (prénom fictif) qui en est un bon exemple.

Le père de Julie est décédé alors qu’elle était en classe 5; la situation familiale s'est détériorée et ils vivaient bientôt dans une pauvreté abjecte. Heureusement, un bon Samaritain s'est avancé et a permis à Julie de terminer ses études primaires. Elle a été appelée dans une bonne école secondaire, mais sa mère n'avait aucun moyen de payer les frais de scolarité et a suggéré un mariage précoce. Julie était désespérée dans son désir d'étudier, mais tout ce qu'elle pouvait faire dans son désespoir était de prier Dieu. Elle a appris l'existence de Collège saint Louis de Gonzague et a été acceptée. Elle a lutté contre la pauvreté pendant ses quatre années au Collège St. Louis de Gonzague, mais a réussi à finir première de sa classe. Elle a reçu une bourse spéciale pour poursuivre les études en médecine et chirurgie. Pour joindre les deux bouts, elle vendait du thé et du café. Julie est sur le point d'achever son diplôme. Après tant de difficultés, elle espère avoir une vie de médecin qui lui permettra de donner vie aux autres.

Les circonstances de la vie de Julie sont uniques, mais elles indiquent comment nous sommes invités à mener une vie de sacrifice et de mourir à soi afin de mieux vivre notre vie pour les autres, imitant véritablement le Christ mourant pour une vie plus complète.

Pic de l'école secondaire St. Aloycious ci-dessus