French
Portuguese

La guerre n’est pas encore finie

La guerre contre le SIDA n’a pas encore été gagnée. Beaucoup a été fait, mais il y a encore beaucoup à faire, et cela doit être fait d’une meilleure façon, la meilleure façon de préférence.

Cet appel à une action soutenue de lutte contre le SIDA est apparu lors d’une Assemblée de plusieurs jours qui s’est tenue à Nairobi, organisée par le Réseau Jésuite Africain contre le SIDA (AJAN). Débutée le 17 juin au Centre Mary Ward, la réunion faisait partie des événements organisés par AJAN à l’occasion de son 15e anniversaire.

Ouvrant l’assemblée d’AJAN, le directeur des Jésuites en Afrique et à Madagascar, Père Agbonkhianmeghe Orobator SJ, exhortait les directeurs des projets jésuites contre SIDA à travers le continent, d’engager davantage de créativité et d’innovation et de rationaliser leurs efforts. Il les a encouragés à redécouvrir leurs forces et de capitaliser sur ce qui définit et différencie AJAN des autres fournisseurs de services.

Pére Orobator a cité Père Arturo Sosa SJ, le Supérieur général des Jésuites, qui a élaboré le concept Jésuite de la Magis de « faire plus », en soulignant également de faire « mieux » et de profiter « au plus » de ce qui est déjà fait.

Cependant, Père Orobator a également déclaré que ce service aux personnes touchées par le SIDA n’était pas la prémisse uniquement de Jésuites individuels ; C’est plutôt une participation à la mission même de Jésus Lui-même et donc une œuvre que tous ont été appelés à partager : « Nous sommes tous collaborateurs dans cela. »

Pour sa part, Père Elphege Quenum SJ, directeur d’AJAN, a promis de garder le SIDA à l’ordre du jour non seulement parmi les Jésuites et leurs collègues travaillant dans ce domaine, mais aussi dans l’ensemble de la Compagnie de Jésus et le reste de l’Église.

L’Assemblée a comporté d’intenses journées de débat sur les politiques et procédures, lignes directrices et manuels opérationnels. Ceux-ci ont été validés et approuvés par les directeurs de projets de terrain et les délégués avec davantage de suggestions pour la mise en œuvre sur le réseau.

En outre, le plan stratégique 2016-2020 d’AJAN a été mis à jour, et les choix stratégiques clairement définis. Deux choix importants sont de généraliser les projets SIDA dans divers services jésuites dans toute l’Afrique, et pour relever les défis persistants ensemble, en s’appuyant sur nos meilleures pratiques de prévention, de soins et de plaidoyer.